Les tendances démographiques et économiques mondiales engendreront des changements importants dans les courbes d’immigration autour du monde lors des 25 prochaines années. Pour de nombreux pays développés, la combinaison de la baisse des taux de natalité et du vieillissement de la population réduira la population active existante. Parallèlement, les populations de la plupart des pays en voie de développement continueront d’augmenter et resteront jeunes.

Alors que les économies des pays développés se détournent de la fabrication axée sur la main-d’œuvre pour se rapprocher de l’innovation fondée sur la connaissance, la demande pour les personnes hautement qualifiées augmentera bien au-delà de ce que la main-d’œuvre locale sera en mesure de combler. De nombreux pays qui ne recrutaient pas activement des immigrants commenceront à le faire, particulièrement en Europe et au sud-est de l’Inde. La gestion de l’immigration et ses effets sociaux présenteront des défis importants à ces pays, plaçant le Canada – avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis – en position favorable pour attirer les talents du monde entier.

Avec la croissance de leurs économies, la Chine et l’Inde seront en passe de devenir les concurrents les plus importants du Canada en matière de talent.

Mais ce qui va vraiment changer la donne viendra de la Chine et de l’Inde, dont les systèmes d’éducation ne peuvent pas suffire à la demande de talents dont ces pays ont besoin alors qu’ils entrent dans le jeu mondial de l’innovation. Avec la croissance de leurs économies, la Chine et l’Inde seront en passe de devenir les concurrents les plus importants du Canada en matière de talent. Cette concurrence aura deux incidences majeures sur le Canada. En premier lieu, elle exercera une pression énorme pour faire en sorte que nous retenions le talent que nous possédons maintenant, incluant les immigrants et leurs enfants nés au Canada. En deuxième lieu, les jeunes canadiens éduqués auront de meilleures possibilités de travailler à l’extérieur de leur pays que toute génération précédente. Les visas seront plus faciles à obtenir pour travailler en Europe, et plus particulièrement en Chine et en Inde. Les vainqueurs de la nouvelle bataille pour les talents seront les pays dont les économies vont prospérer entre maintenant et 2050.

Les étudiants qui souhaitent se diriger dans le domaine de l’immigration ont le choix entre quelques programmes spécifiques uniquement, mais les programmes de relations internationales sont plus largement disponibles et nombre d’entre eux sont excellents. L’immigration est enseignée généralement dans le domaine des sciences sociales, particulièrement en sociologie, géographie, sciences politiques et économiques. Envisagez d’apporter un complément à votre éducation en faisant du bénévolat auprès d’agences au service de l’immigration, des stages dans des départements ministériels ou des organisations internationales dans le domaine telles que le UNHCR, ou simplement en passant du temps à l’étranger pour avoir une idée de ce que signifie être un migrant et de ce qui pousse les gens à quitter leur pays. Assistez à des conférences ou à des séminaires, ou lisez de la documentation sur le sujet si vous le pouvez, et faîtes connaissance avec des personnes travaillant dans ce domaine avec lesquelles vous pouvez discuter de temps en temps en prenant un café. Les personnes dans le domaine de l’immigration sont généralement très sympathiques.

Avoir la capacité de se mettre à la place des autres est une aptitude très importante dans le travail de migration ― qu’il s’agisse de fournir des services aux immigrants ou d’élaborer des politiques dans ce domaine. Pouvoir réfléchir de façon stratégique et anticiper les conséquences d’une politique ou d’un changement circonstanciel dans un environnement international sont aussi des qualités importantes.

La migration est un domaine en constante évolution et, de ce fait, mon apprentissage n’a pas cessé depuis que je me suis joint à Metropolis, il y a 17 ans. Les récompenses intellectuelles de travailler chez Metropolis ont dépassé de loin ce que j’ai connu dans le monde de l’enseignement. Les immenses plaisirs que j’ai éprouvés chez Metropolis sont venus de centaines de personnes dévouées et vraiment amicales que j’ai rencontrées au Canada et dans le monde entier.