J’aime mon travail, mais « c’est pas de la tarte » — sauf lorsque j’étudie un « boil-up » àTerre-Neuve, un déjeuner de chariot ambulant dans les Prairies ou un pique-nique aux palourdes sur la côte Ouest! Comme professeur étudiant l’alimentation, je voyage énormément et consacre de longues heures à la recherche et à l’écriture. Je passe du temps en classe, mais le rôle de professeur d’université est en pleine évolution. Le professeur d’université d’aujourd’hui ne peut plus s’isoler dans sa tour d’ivoire. Je travaille avec le gouvernement, des entreprises locales et des organisations à but non lucratif pour m’assurer que ma recherche aide à mettre en valeur une vaste gamme de secteurs, qu’il s’agisse d’agriculture locale ou de tourisme gastronomique. Je dois aussi rester à la pointe des nouvelles technologies; mon travail utilise des systèmes d’information géographique et exige une grande quantité de recherche utilisant des bases de données électroniques. Même en classe, l’apprentissage en ligne joue un rôle bien plus important.

Dans l’avenir, les emplois universitaires resteront concurrentiels et les perspectives s’élargiront à l’échelle mondiale. Je ne vois pas l’enseignement en face-à-face disparaître dans le proche avenir, mais le professeur de demain devra être plus calé en technologie pour amener la meilleure information de partout au monde dans son laboratoire et dans sa classe. Les professeurs doivent être entrepreneuriaux; nous exploitons essentiellement de petites entreprises de recherche se rivalisant pour obtenir des fonds et gérons des employés au sein de nos équipes de recherche. Dans l’avenir, les collaborations s’étendront probablement au monde entier et exigeront de solides compétences de gestion.

Un étudiant s’appliquant à la recherche alimentaire peut suivre des classes sur l’histoire de l’alimentation, sur les aliments divers que l’on trouve dans le monde ou des classes de nutrition qui sont aussi populaires. C’est un domaine interdisciplinaire qui embrasse toutes sortes de secteurs – incluant le commerce et l’économie, la sociologie et ainsi de suite. Nombre d’étudiants peuvent choisir de se concentrer sur l’aspect agricole, et apprendre comment gérer une ferme de cette façon; ils peuvent conduire des tracteurs et faire de l’élevage ou se livrer à des activités de ce genre. D’autres programmes incluent l’étude des aliments et des vins, y compris la gestion culinaire ou la gestion d’entreprise pratique.

La concurrence pour des emplois dans mon secteur d’activité est féroce, mais les chercheurs alimentaires trouvent également du travail dans l’industrie, le tourisme d’accueil et le journalisme. Les professeurs obtiennent une maîtrise et un doctorat, ce qui prend longtemps, mais nous recevons habituellement un certain financement pour nos études et nous consacrons un peu à l’enseignement universitaire en cours de route. Les étudiants doivent maintenir de bonnes notes et accumuler un curriculum solide d’activités parascolaires. Les programmes en études alimentaires sont encore rares ce pourquoi les étudiants doivent être prêts à se déplacer et les professeurs à déménager pour trouver du travail et à voyager pour effectuer des recherches. J’adore voyager et rencontrer des gens, alors mon emploi est idéal pour moi. Et la recherche alimentaire offre un aspect pratique; plusieurs de mes étudiants ont ouvert leur propre restaurant!