Les gens meurent, mais les données demeurent. La collecte et la gestion de l’énorme legs numérique des gens ne sont pas des tâches faciles. Le mémorialiste numérique collabore avec les survivants après le décès de l’un de leurs êtres chers pour déterminer quels aspects de l’identité de la personne décédée devraient être conservés.

Il faut 20 ans pour se faire une réputation et seulement un moment pour la détruire

Les traces que nous laissons en ligne peuvent ne pas révéler qui nous sommes réellement, ni comment nous voulons qu’on se souvienne de nous. L’autoportrait gênant que nous avons pris ou les commentaires désagréables que nous avons faits pendant une conversation resteront en ligne pour toujours. Comme on dit, il faut 20 ans pour se faire une réputation et seulement un moment pour la détruire.  

Les mémorialistes numériques retireront ces moments non désirés de notre legs numérique. Ils tenteront de transformer toutes ces données – sites Web, conversations, courriels, fils de discussions et mises à jour des médias sociaux – en un portrait respectueux mais exact de la personne qui est décédée, pour qu’un portrait réel de celle-ci continue de vivre.

Exigences de l’emploi / compétences requises

Une nature sensible, de bonnes aptitudes en techniques d’entrevue et une expérience de recherche en ligne sont essentiels pour ce poste. Le mémorialiste numérique n’est pas là pour effacer toutes les preuves de moments gênants, mais plutôt pour donner un contexte humain qui animera les données que l’on laisse derrière soi. Le mémorialiste doit pouvoir insuffler de l’empathie, de la compassion et de l’affection dans les données.