Selon vous, comment la technologie prêt-à-porter va-t-elle s’adapter à notre mode de vie à l’avenir?

 Nous estimons que la technologie va continuer à évoluer jusqu’au point où les êtres humains et les ordinateurs se parleront plus naturellement et plus aisément. L’informatique prêt-à-porter, et surtout le bracelet Myo, commence à combler l’écart dans l’interaction entre les humains et les ordinateurs.

 À l’avenir, je m’attends à voir les gens devenir plus étroitement associés aux machines. Les dispositifs portables seront certainement plus répandus, mais il sera intéressant de voir sous quelle forme cette technologie se présentera dans les 10 à 20 prochaines années.

 Quel conseil donneriez-vous à un ingénieur en herbe dans le domaine de l’industrie de la technologie prêt-à-porter?

 Lancez-vous et relevez un défi qui vous passionne particulièrement. Pour nous, le programme d’ingénierie des systèmes mécatroniques de l’Université de Waterloo nous a donné une bonne base pour créer un produit qui englobe les ingénieries électrique, mécanique et logicielle.

Que trouvez-vous le plus stimulant au sujet de Myo et des dispositifs portables?

Nous envisageons l’avenir de la technologie et le rôle que Myo peut jouer dans le façonnement de cette industrie avec optimisme. Nous sommes particulièrement enthousiastes à l’idée d’améliorer notre vie au moyen d’une interaction sans effort. En ce qui nous concerne, nous avons avec Myo franchi la première étape de la longue voie menant dans cette direction.   

 Nous aimons tous relever des défis complexes, et le monde des affaires offre une avenue pour résoudre les problèmes qui nous intéressent, et pour en distribuer ensuite les solutions à tout le monde. Nous voulons donner aux gens des superpuissances en utilisant la technologie.